Concept          Voir les annonces          Ecrire une annonce
Accueil
Je Partage
Mon Jardin
conseils


retour au menuRetour à la liste des conseils

Démarrer avec une bonne terre

A la question « qu’est ce qu’une bonne terre », je répondrai: « celle que vous avez à votre disposition ». Quelque soit la nature de votre terre, il y a toujours des possibilités pour la faire évoluer ou la rendre « productive ».


Le seul cas vraiment « problématique » est un sol trop sablonneux, car il demandera d’avantage de temps et de patience pour être amélioré.
Mais globalement, quelque soit le type de sol dont vous vous occupez, le principe de base est le suivant :
Le sol est nourri en automne (Cf. fiche « Préparer son sol en automne »), protégé en hivers (Cf. fiche : « les différents paillages d’hivers »), réveillé en douceur au printemps et entretenu en été.

Le but étant d’avoir une terre poreuse (aérée), vivante (présence de la faune du sol) et apte a recevoir et faire croitre en son sein, vos diverses plantations (présences de nutriments adaptés aux différentes variétés).

Une terre poreuse :


Pas le choix pour la mise en place : si votre sol n’a jamais été travaillé, il faut le faire ! (mais une bonne fois pour toute : on ne torture ses micro-organismes qu’une seule fois !)
Une fois que vous avez déterminé l’emplacement de votre potager, il faut s’armer d’une bonne fourche bèche, d’un croc, un râteau… de courage !
Commencez par tondre la végétation en place à ras.

Retournez votre terre à l’aide de la bêche.

Je précise que certains conseilleront de pratiquer un « double bêchage », c’est à dire de travailler le sol sur 2 fois la profondeur de la bêche… Je n’ai pas d’avis personnel sur la question, ne l’ayant pas encore mise en œuvre (... mais c’est prévu pour la mise en place de buttes). Pour ma part, j’ai jusque là toujours utilisé un « simple bêchage » (déjà bien assez fatiguant !) et dont les résultats me semblent satisfaisant.
Je répète que ce travail ne doit ce faire QUE lors de la mise en place !

Si la surface que vous avez à travailler vous fait peur quant à l’effort à faire et que vous décidez d’opter pour une solution « outillée », attention ! Laissez le motoculteur chez Papi et préférez plutôt une charrue tirée par un micro-tracteur ou un quad (ce qu’on fait de nos jours !)…ou mieux et plus folklorique : par un équidé de votre choix !

Globalement, préférez tous les instruments qui ne présentent pas l’inconvénient de créer ce qu’on appel une « semelle de labour » (le fonctionnement par rotation du motoculteur est destructeur pour la structure du sol).

A ce stade, votre potager ressemble d’avantage à la pelouse du stade de France après un match de rugby sous la pluie qu’au jardin d’Eden : grosses mottes de terre enherbées dans tous les sens.

Laissez ensuite votre terre se « ressuyer », c’est-à-dire sécher, jusqu’à ce que l’eau des mottes s’évapore, et qu’elles s’effritent facilement. Ensuite, déstructurer les mottes avec un croc, comme si vous les émiettiez et enlevez les systèmes racinaires.

On laisse la terre se détendre un peu.

Un peu de poudre de roche pour ces pauv’ micro-organismes, puis on repasse le croc ou le râteau en tirant, de façon à uniformiser la parcelle et « dégager » le reste des débris végétaux… C’est prêt à planter !

Une terre vivante !


Ne faites ni la guerre...ni labour



Une fois son sol préparé, nul besoin (au contraire !) de retourner de nouveau sa terre.
On laisse se développer et travailler la faune du sol : tout ce petit monde se débrouille très bien (dans de bonnes conditions !) pour aérer la terre à notre place !

Paillage et grelinette suffisent amplement pour l’entretien de la porosité du sol.

Recevoir et faire croitre les plantations


Démarrer avec une bonne terre sous entend aussi : préparer son repas !

Une des première chose a faire lorsque souhaite se mettre au jardinage au naturel, est de s’assurer son approvisionnement en matières organiques : LE COMPOST !
Il vous permet à la fois de valoriser vos « déchets » verts (plus de déchèterie !) et d’assurer la nutrition de votre sol.

La mise en place d’un bon compost demande un peu de connaissance et de savoir faire, mais le résultat en vaut largement la chandelle !
(Cf. Fiche « Comment faire un bon compost ? »

En résumé :
Grelinette + paillage + amendement = structure de sol respectée et fertilité assurée !



retour au menuRetour à la liste des conseils




JePartageMonbureau.fr  JePartageMonGarage.fr  JePartageMonJardin.fr  untoitpourlesabeilles.fr
DesFleursDanslaVallee.fr  recuperation-essaim-abeilles.com  Contact webmaster  Mentions légales